Démarche artistique

Ma motivation primaire est liée au besoin de ressentir des émotions. C’est pour atteindre un tel secret que je cherche toute une antériorité spirituelle qui le justifiera. Quand je peins, c’est d’abord pour être en accord avec mon âme.

Ma peinture est un vecteur de l’intime de chacun, un déclencheur d’émotions et de sensations souvent ignorées.

Dévoiler mon travail, lors d’expositions c’est faire découvrir à chacun, des émotions souvent enfouies sous une chappe de préjugés.
C’est proposer à chaque être, d’accéder à son âme. Prendre conscience de sa véritable personnalité.

La participation à deux expositions dans les centres culturels européens Sete Sóis Sete Luas (Pontedera en Italie et Ponte de Sor au Portugal), m’ont permis de relever un défi qui touchait à la fois au caractère organisationnel de la mise en exposition de mes oeuvres, ainsi qu’au caractère relationnel, ayant l’occasion de diriger des ateliers de créativité dans les lieux qui accueillaient mon travail.

Ces ateliers m’ont permis de faire prendre conscience aux étudiants que ce n’était pas telle ou telle technique picturale qui était essentielle mais plutôt l’état de création dans lequel on se trouve, dès le premier coup de pinceau posé sur le papier ou la toile blanche.
Cet état qui nous relie directement à notre âme, à notre résonance intérieure. En s’aidant d’un travail d’encre de Chine et de brou de noix, je pus en faire la démonstration.

Ne disposant pas d’un vocabulaire assez riche et étant sensible aux vibrations de la couleur, des formes et des signes, mon choix c’est naturellement orienté vers la peinture. Celle-ci m’a permis de découvrir ce qui était en gestation au plus profond de moi et de l’extérioriser.
Il en va de même pour toute personne. L’essentiel est de trouver l’outil qui permet de s’exprimer et cela dans n’importe quel domaine (écriture, musique, cuisine ….)
-Tout est art, quand il est pratiqué avec passion.

L’important est ceux en quoi l’on croit, ce sont les convictions que l’on défend, malgré les modes passagères. Accepter le chemin sur lequel notre sensibilité nous entraîne.

Peindre afin de se découvrir et s’assumer avec ses différences sans se soucier des modes. Exister.

Je suis modestement un passeur de lumière. Cette même lumière génératrice d’une sensibilité qui vit en chacun de nous que l’on écoute trop peu et que l’on ignore très souvent.

Lors d’une réflexion sur l’avancement de mes recherches, je me suis surpris à avoir des pensées proches de celles que pouvaient avoir les hommes préhistoriques peignant dans les grottes. Eux avec les outils et les pigments à leur disposition, moi avec la peinture moderne.
La sensibilité humaine nous reliait.

Ma peinture est une invitation à laisser au bord de la route le monde intelligible pour se laisser porter vers un monde sensible. Pas question ici de perdre par des discours pompeux et vides de sens ceux qui iront vers son travail.

Laisser un commentaire